Choisissez votre pays

EN

On October 8 2021, Jovica Spajic took a new pair of norda001 straight from the box on race day, never previously worn, and ran the Moab 240.

La Moab 240 Endurance Run fait 383,50 km avec 8 881 mètres de dénivelé positif dans l'Utah. C'est ici que vous trouverez l'élite du skyrunning, 350 athlètes qui affrontent des températures de 7 degrés en dessous de zéro à plus 37 degrés, soit quatre saisons en une journée.

Au cours des 2 jours suivants, Jovica n'a pas changé une seule fois ses chaussures.

Il a terminé à 56:54:39, 2e place, sans entraîneurs, battant son record précédent dans le Moab 240 à 62:40.

Jovica est une valeur aberrante d'ultra-trail. Il ne s'intéresse pas au bruit ou aux médailles ; il préfère les courses d'aventure aux courses typiques du circuit. Il est calme, sans prétention, humble, intelligent, et à 34 ans, 5'8 pouces de hauteur, pesant un léger 125 livres, il ne doit pas être sous-estimé. Il est instructeur et chef d'équipe de l'unité spéciale antiterroriste du ministère de l'Intérieur de la République de Serbie-SAJ. Jovica est le genre de personne qui retourne dans une maison en feu après avoir à peine survécu à la première évasion, car c'est exactement ce qu'il a fait dans le Moab 240 cette année.

Nick et moi avons rejoint Jovica lors d'un appel vidéo 24 heures après Moab 240. Il nous a régalé d'histoires du sentier et de ce que c'était pour lui, arrivant aux États-Unis, entrant dans la course légèrement en décalage horaire, la nourriture étant complètement différente de chez moi à Belgrade, pas de famille, pas d'amis, pas d'équipe, et aux prises avec des choses qui se perdent dans la traduction. Mais ce n'était rien que ce loup solitaire autoproclamé ne puisse gérer.

Ce sont les petits détails d'une course d'endurance comme Moab 240 qui définissent qui sont les champions. Il ne fait aucun doute que Jovica Spajic est l'un d'entre eux. La première nuit du Moab 240, une tempête hivernale s'est abattue sur eux. Le parcours a été modifié à la dernière minute, et les coureurs de tête ont dû parcourir un nouveau parcours dans l'obscurité. Jovica était en première place jusqu'à ce point. Il avait quitté la dernière aire de repos et son principal concurrent, Mike McNnight, avait pris du retard, souffrant de problèmes de dos. Alors que la tempête atteignait son apogée, Jovica décrit son retour en arrière pour rechercher Mike. Il distinguait à peine sa lampe frontale. Il était clair que Mike se déplaçait lentement et peut-être en détresse. Jovica a couru ce qu'il estime à 5 km pour le trouver. Mike manquait de sommeil et était allongé sur le sentier. Jovica l'a réveillé après 15 minutes et l'a exhorté à continuer la nuit ensemble. Il a sacrifié son avance et peut-être la première place sans hésitation ni une once de regret. Ne pas faire demi-tour pour un autre coureur dans une tempête, dans le noir, aurait pesé bien plus.

Voici notre Q&R avec Jovica Spajic après Moab 240.

Dans un véritable esprit norda, nous aimons que nos coureurs parlent, inédit, pour eux-mêmes.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu détaillé de l'esprit de l'un des meilleurs coureurs d'ultra-trail et nous sommes fiers qu'il fasse partie de la famille norda. Nous sommes impatients de vivre nos aventures en 2022.

norda : Comment c'était de grandir en Serbie et comment êtes-vous entré dans les ultras ?

Jovica : Je me sens béni, privilégié et tout à fait heureux de vivre dans un pays aussi beau que la Serbie. L'abondance de la beauté naturelle est inestimable et visible à chaque étape, et la diversité et la composition de la nature en Serbie sont fascinantes et magiques. Des sommets des montagnes et des hautes terres remarquables, en passant par les rivières, les lacs, les forêts, les pâturages, les dunes intérieures et les canyons, ces caractéristiques font de ma petite Serbie un endroit idéal pour les vrais amoureux de la nature (avec un N majuscule - en signe de respect envers Mère Nature) et toutes sortes d'activités de plein air, et ils brossent le tableau d'un immense « terrain de jeu » naturel où j'ai grandi.

Le fait d'avoir passé beaucoup de temps dans un petit village pittoresque dans les montagnes avec mes grands-parents a eu un rôle très important dans mon enfance car j'ai passé beaucoup de temps au sommet des montagnes et j'ai développé un lien fort avec la nature et la montagne. De plus, encouragé par la lecture des romans de Jack London sur le Grand Nord, je rêvais de courir à travers des paysages sans fin et une nature vierge. Au fur et à mesure que j'ai renforcé mon esprit d'aventurier, je n'ai jamais pensé que ce serait l'impulsion initiale qui me conduirait à mon entrée ultérieure dans le monde des sports d'endurance, en particulier des ultramarathons et de l'Ultra-Trail.

Après avoir terminé des études régulières, le chemin de la vie m'a conduit à l'Unité spéciale antiterroriste - SAJ, l'unité d'élite spécialisée en Serbie dont je suis membre actif et membre de l'équipe "A" depuis 14 ans. Ma configuration génétique, activités sportives continues sous diverses formes et disciplines et les perfectionner par le travail et les activités spécialisées dans l'unité spéciale (alpinisme, topographie, survie dans la nature, ski, orientation, arts martiaux, réaction dans des situations complexes et stressantes…) , ainsi que mon esprit d'enfant et ma rêverie qui font partie de mon identité et de ma personnalité étaient les conditions nécessaires au déroulement naturel des événements, alors que j'ai décidé d'entrer dans le monde de l'Ultra running et de représenter mon pays la Serbie dans les légendaires Ultramarathons du monde avec beaucoup d'amour, d'enthousiasme, de dévouement, de persévérance, de motivation et d'inspiration, d'une manière digne et digne.

norda : Comment choisis-tu quelle course courir ?

Jovica : Au cours des dernières années, je me suis présenté comme un athlète et un spécialiste des courses extrêmement exigeantes qui se déroulent dans des zones de la Terre qui ont des variations et des inversions de température, où le terrain est le mélange de tout ce que Mère Nature peuvent « jeter » sur les coureurs et qui nécessitent de l'expérience, des compétences et des connaissances supplémentaires pas nécessairement liées à la course à pied, des niveaux élevés de conscience de soi et de connaissance de ses capacités, ainsi qu'une préparation physique, mentale, émotionnelle et logistique irréprochable, la planification de les moindres détails et assembler cette mosaïque unique en une structure unifiée. Les éléments inévitables sont également la véritable motivation et les idéaux qui vous motivent à participer, et ils doivent être droits, purs et renforcés par des objectifs et des désirs élevés. Les courses auxquelles je participe doivent avoir une histoire spéciale derrière elles, le caractère épique, la capacité de tirer le meilleur de moi-même et de révéler tout mon potentiel. Je participe généralement à 2 projets majeurs chaque année, je suis donc particulièrement dédié au processus de prise de décision de participer.

norda : Vous avez récemment couru le Moab 240. Décrivez-nous ce que vous ressentez lorsque vous avez parcouru 100 milles et qu'il vous en reste 100 à parcourir. Est ce que tu dors? Qu'est-ce que vous mangez? Qu'en pensez-vous? Qu'est-ce qui vous motive?

Jovica : Le point de vue change avec l'expérience, la maturité et l'âge. J'avais l'habitude d'être plus pondérée par les attentes, je pensais à l'objectif final, tombais dans le piège des prédictions et de l'ambition, des impératifs de résultat et autres distractions en négligeant l'essentiel… Pour moi, l'essentiel est d'éliminer toutes les pensées inutiles qui nous arrêtent et lâcher prise, pour résoudre toutes les tentations et tous les problèmes au fur et à mesure qu'ils viennent, étape par étape, et plus tôt vous arriverez au but, qui est l'arrivée de la course dans ce cas. Bien sûr, il y a des hauts et des bas pendant la course, tant au niveau de l'énergie que de la motivation. On peut facilement perdre le cœur et commencer à penser de plus en plus à arrêter de fumer. Pourtant, j'essaie de penser au fait que toutes ces faiblesses et baisses d'énergie, douleurs et tous autres malheurs vont passer, alors les pensées positives prévalent et me remettent sur la bonne voie. Je ne m'embarrasse pas de distance, je me concentre sur chaque étape et les petits objectifs.

Je suis souvent confronté au problème du changement de fuseau horaire car la plupart des courses auxquelles je participe se déroulent sur différents continents et différents fuseaux horaires… Cela se traduit par une adaptation plus difficile à ne pas pouvoir dormir pendant les courses de plusieurs jours, mais je suis conscient de cela et j'essaye d'améliorer ce segment en arrivant plusieurs jours plus tôt, avant le début de la course, et j'essaye de m'adapter. Je peux généralement supporter de ne pas dormir pendant 2 jours sans aucun problème en bougeant constamment, et pendant la course Moab 240, je n'ai pas dormi plus de 56 heures, bien que j'aie essayé plusieurs fois de faire des pauses plus courtes pour essayer de m'endormir, mais sans succès.

Quand il s'agit de la nourriture pendant la course, c'est aussi une partie importante et délicate de l'ensemble du projet. Le plan de nutrition doit être équilibré, de haute qualité et adapté individuellement à vous, ce qui est résolu en testant et en prenant de la nourriture dans des circonstances réelles lors des préparations et des entraînements qui ont lieu des mois avant la course. Vous ne devez pas expérimenter pendant la compétition elle-même, car cela peut être contre-productif. Vous devez être sûr de ce qui est bon pour votre corps, des aliments, des électrolytes et des sources de calories à prendre, et être conscient que vos besoins en calories varient en fonction des conditions météorologiques, du terrain et de l'effort que vous fournissez. Vous devez être préparé à tous les scénarios. J'aime avoir mes barres énergétiques maison à base de noix, de fruits secs et de flocons d'avoine, combinées avec des électrolytes, des sels et des aliments plus riches en calories après plusieurs heures de course. Je dois être honnête et dire que cette sphère m'inspire toujours à explorer car je crois que je peux progresser en plus et que je n'ai pas atteint mon maximum. Je cherche toujours des solutions qui pourraient me convenir et me combler en tant qu'athlète. Malheureusement, la Serbie est encore un petit marché pour les marques mondiales de haute qualité en matière de régime sportif, nous sommes donc limités en termes d'accessibilité des produits et par conséquent de leurs tests. Je pense que cela changera à l'avenir car les sports de plein air et la communauté se développent dans cette région, je suis donc convaincu que les entreprises leaders seront intéressées pour soutenir le développement des activités étroitement liées à l'Ultra running et à l'Ultra-Trail running.

La plus grande motivation pour moi est le désir d'être un véritable ambassadeur de la Serbie à travers mes résultats et mon comportement, de faire ressortir l'histoire de mon pays, notre mentalité, notre caractère, nos traditions, notre histoire et le patrimoine que nous entretenons. Il y a aussi le motif brillant de représenter ma famille, mes amis, mes collègues de l'Unité spéciale et toutes les personnes qui me soutiennent inconditionnellement et avec un cœur pur d'une manière digne et honorable, avec beaucoup de foi, d'amour et d'espoir. Encore une fois, je trouve aussi ma motivation dans la vie de tous les jours, dans les petites choses et les histoires de personnes simples, leurs sourires honnêtes et le soutien que je reçois constamment. J'essaie de montrer que rien n'est impossible avec beaucoup d'efforts, de volonté, d'approche honnête et de renoncement - les rêves deviennent réalité.

norda : Certains ultra-coureurs disent qu'ils commencent à avoir des hallucinations ou à rêver lorsqu'ils sont éveillés. Cela vous arrive-t-il ? Comment ancrez-vous votre esprit ?

Jovica : J'avais l'habitude de penser que tout était « métaphysique », irréel, que ça n'arrive pas, que ça a été inventé par des athlètes qui voulaient être drôles et intéressants pour les autres après la fin de la course, et surtout que ça n'arriverait jamais tome. Cependant, lors des projets extrêmement exigeants « La Ultra - The High » dans la partie indienne de l'Himalaya, ainsi que de la course « Tahoe 200 », j'ai eu des hallucinations qui pouvaient avoir de graves conséquences. Heureusement pour moi, tout s'est bien terminé. Le sentiment que vous ressentez ne ressemble à rien d'autre. Votre cerveau vous joue des tours en raison d'une fatigue et d'un épuisement extrêmes et vous fait complètement perdre le contact avec la réalité et la situation actuelle qui vous entoure. Vous devenez un observateur passif d'un « spectacle », sans mécanisme adéquat pour résister à ce sentiment. C'est pourquoi il est crucial de bien connaître son corps, et dès que l'on commence à se sentir somnolent, il faut faire une pause suffisamment longue pour dormir, retrouver énergie et fraîcheur, et passer à autre chose. La ligne est très fine, il faut donc être extrêmement prudent.

norda : Parlez-nous du matériel que vous avez choisi pour le Moab 240.

Jovica : L'un des facteurs les plus importants pour créer l'ensemble du projet et de la course, ainsi qu'un facteur important du résultat final est la sélection de l'équipement approprié. L'équipement est testé pendant des mois, et avec le temps, vous vous familiarisez avec toutes ses fonctionnalités et vous savez à quoi vous attendre dans différentes conditions météorologiques et de terrain. J'ai toujours été fasciné par les histoires sur les efforts, le dévouement et les idées de petits fabricants familiaux qui mettent tout leur être dans le produit et le soutiennent avec leur expérience, leurs connaissances et leur vision. C'est le genre de personnes que j'ai rencontrées lorsque j'ai contacté l'équipe norda. Nos affinités, nos énergies, nos idées et notre enthousiasme se sont "clichés" ensemble, et j'ai ressenti un grand désir de créer un contact vraiment honnête et une coopération créative et concrète. J'ai reçu mes chaussures norda rapidement pour les tester et les essayer, et dès le premier instant j'ai été enthousiasmé par le design et l'esthétique, la sélection de matériaux sophistiqués, l'innovation et les détails, le mélange de matériaux et de constructions hybrides dans un ensemble remarquable, le confort , les caractéristiques et le comportement des chaussures sur diverses surfaces, y compris les terrains de montagne les plus exigeants techniquement, la résilience et le fait que les chaussures n'ont rien perdu de leur potentiel même après 1000 km. J'ai reçu une nouvelle paire de chaussures norda001 en plus quelques jours avant le début de la course, alors j'ai commencé avec des chaussures neuves, fraîchement sorties de la boîte, parce que j'étais absolument convaincu que tout ira bien, et c'est ainsi que était… Du début à la fin, 240 milles avec une seule paire de chaussures norda 001. J'ai traversé divers terrains sans aucun problème et avec beaucoup de confiance au cours de cette aventure épique, et à chaque pas mon sourire grandissait et la joie de faire partie de l'équipe et de la famille norda m'a submergé. Le résultat final était incroyable, mais j'étais encore plus ravi par le fait que mon équipe norda était derrière moi, croyait que je pouvais raconter l'histoire de la marque de la bonne manière et déclarait que nous n'avions pas encore écrit de nouveaux chapitres ensemble et participer avec encore plus d'inspiration à de nouveaux projets - à la fois des courses et la création de produits exceptionnels.

norda : Vous êtes un puriste. Vous avez peu d'intérêt pour les accords de parrainage typiques, vous courez sans entraîneurs et vous vous entraînez souvent seul. Dites-nous : « Pourquoi courez-vous ? »

Jovica : Je cours anobli par le sentiment de vrai bonheur et de liberté quand je suis dans la nature, surtout en montagne. Tous les soucis et tentations de ce monde s'arrêtent là, il n'y a pas de pression, vous respirez à pleins poumons, vous pouvez sentir l'odeur des herbes dans l'air de la montagne emporté par le vent, vous pouvez entendre les sons de la nature dans leur forme originale, et vous vous abandonnez au sentiment unique de simplicité et de connexion avec la nature. Vos mouvements deviennent fluides et vous coexistez en quelque sorte avec tout ce qui vous entoure à ce moment-là, vous devenez un. Vous le faites par amour, pas à cause de l'argent, des intérêts, des « j'aime » supplémentaires sur les réseaux sociaux, et vous le feriez de toute façon – sans les parrainages, l'équipement le plus cher, la logistique. Vous le faites également à cause de tous les nobles motifs mentionnés précédemment - à cause du désir d'identifier votre pays, votre famille, vos amis, vos collègues et les personnes qui vous soutiennent pour qui vous êtes avec vos races, à cause de votre passion, votre personnalité, à cause de ce qui est dit par l'histoire d'un garçon qui est parti d'un petit village de montagne en Serbie et s'est dirigé vers la réalisation de sa «légende personnelle» et de ses rêves. Cette histoire pourrait être l'histoire de chacun d'entre nous.