Choisissez votre pays

EN

Il est rare que Ray Zahab ne termine pas les aventures qu'il se propose de faire. Il y a quelques semaines (juillet 2021), Death Valley a connu son week-end le plus chaud jamais enregistré, et Ray et son partenaire de course Will Laughlin étaient en plein milieu de celui-ci. Leur objectif était de répéter leur parcours de 2011, quoique plus rapidement. Mais la nature avait d'autres projets.

Ray et Will vacillaient sur le fil du rasoir : le terrain était lent, le sable était très mou à cause de la sécheresse, les packs d'eau étaient remplis de litres excédentaires et, par conséquent, tout nécessitait plus d'efforts. Et c'était 120-134F. 109F la nuit. Le vent était si chaud que la réhydratation était impossible. Sans accès d'urgence, ravitaillements distants de 12-25 km, pas de possibilité de raccourcir ces distances, pas de conduite hors route pour une assistance d'urgence dans un parc national, après 24 heures et 80 km, le duo a pris la décision de débrancher. Ils savaient que prendre des risques et des risques qui mettaient leur équipe de support en danger était un pas de trop.

Le matin du 13 juillete, le lendemain du lancement officiel de norda™, nous n'avions aucune nouvelle de Ray, notre meilleur conseiller et testeur de produits. Son traqueur s'était arrêté net pendant plus de 12 heures. Après un black-out complet, nous avons finalement reçu un appel de Ray. Il a décrit quelque chose qui s'apparente à un enfer au centre de la Terre.

Voici notre compte-rendu de questions-réponses :

norda (Willa et Nick au téléphone avec Ray); Qu'avez-vous ressenti dans les conditions de chaleur extrême ?

Ray : Les conditions dans la Vallée de la Mort en été sont toujours extrêmes. Lors de notre traversée hors route du nord au sud de 2011, Will (Laughlin) et moi nous sommes retrouvés en pleine canicule. Il semblait que nous marchions dans des vents qui étaient comme un haut fourneau. Mais cette année a complètement déraillé. Les vents forts et les températures record au-dessus de 130F ont fait brûler nos doigts. Nous nous sommes rendu compte qu'après 24h d'exposition à cette chaleur, avancer entre des réapprovisionnements limités serait mortel.

norda : À quoi ressemblait le terrain ?

Ray : Sur notre transect d'ouest en est de 2019, Will et moi avons traversé les chaînes de montagnes Panamint et Amargosa ainsi que le bassin de Badwater. Le terrain de cette aventure allait du désert de haute montagne aux marais salants et aux rochers. Mais sur notre 2011 et sur ce 2021 du nord au sud, le terrain était principalement salé, de vastes sections rocheuses, des eaux de rivière sèches qui ressemblaient à des tranchées profondes, du sable doux et des broussailles occasionnelles.

norda : Qu'est-ce que ça fait de courir la nuit dans un désert ?

Ray : Death Valley a une façon de ne jamais apporter de soulagement. La pause dans la chaleur (la plus fraîche la nuit était de 109F), a été compensée par des tonnes d'insectes volant autour de nos lampes frontales et dans nos yeux, et bien sûr toute la faune qui sort la nuit. En l'espace de quelques kilomètres, nous avons rencontré un serpent à sonnettes, un sidewinder et un scorpion ! Oui! Le désert est plein de vie ! J'adore courir la nuit dans le désert, il y a tellement de choses différentes à vivre. Y compris les cieux incroyables !

norda : Quel a été le moment marquant pour vous ? 

Ray : Je pense que le moment marquant a été lorsque nous avons réalisé que nous ne pouvions pas terminer ce que nous avons fait en 2011 : une traversée complète du nord au sud. Mais à ce moment où nous avons dû débrancher, j'étais totalement à l'aise avec notre décision. Le terrain était beaucoup plus lent à cause de l'extrême sécheresse cette fois. Les sections sablonneuses étaient super douces, nécessitant plus d'efforts, et en raison de la canicule, nos sacs étaient chargés de plusieurs litres d'eau supplémentaires chacun et d'autres équipements d'urgence. Mais prendre des risques et des risques qui peuvent mettre les autres en danger pour nous sauver ou nous extraire, c'est un pont trop loin. Nous étions super excités de mettre 24 heures d'efforts acharnés, surtout lorsque Death Valley était à des températures record. Je n'ai jamais eu peur de repousser mes limites au maximum, ou de prendre une décision difficile en cas de besoin. 

norda : Comment vous êtes-vous alimenté ?

Ray : Nous avons compté très tôt sur des réapprovisionnements espacés d'environ 20 à 25 km, et après ces réapprovisionnements, ils resteraient distants de 10 à 20 km. En raison du record du monde de chaleur, nous avons décidé par mesure de sécurité de rencontrer notre équipe à chaque réapprovisionnement pour évaluer l'état de santé. Les réapprovisionnements sont éloignés et vraiment les seuls endroits accessibles en véhicule dans la Vallée de la Mort. La conduite hors route n'est pas autorisée et la majeure partie de notre itinéraire n'était pas du tout accessible en véhicule. Nous avons consommé environ 10 à 12 litres de Xact Nutrition Electro, de l'eau de coco et de l'eau entre les réapprovisionnements.

norda : A quoi penses-tu ces longues journées ? Qu'est-ce qui vous fait avancer ?

Ray : La plupart de mes expéditions plus longues sont liées aux salles de classe, via des sites Web en direct, donc généralement, je suis motivé par les salles de classe du monde entier. Je passe beaucoup de temps à penser à ma famille, et je passe les longues journées immergé dans la géographie que je visite, mais aussi à revivre une journée entière à la maison avec ma famille, la rejouant dans ma tête comme une bobine, pour passer la journée et passer le temps. 

norda : Comment le norda™️001 a-t-il résisté ?

Ray : Ce qui m'a le plus marqué, c'est que je ne portais pas de chaussettes sur un terrain rugueux et une chaleur intense et que je n'avais pas d'ampoules. La tige du norda™ 001 est comme une chaussette, sans coutures ni points chauds. De plus, l'adhérence sur des terrains précaires comme les rivières avec des coupes verticales profondes était exceptionnelle. Je n'ai jamais perdu la traction, même à l'extrémité nord de la Vallée de la Mort, alors que nous descendions de 6 800 pieds au-dessous du niveau de la mer. Quand nous avons eu fini et que j'ai eu le temps de me reposer, j'ai attrapé mes chaussures pour voir à quel point elles étaient abîmées. En plus d'être un peu poussiéreux, ils semblaient avoir juste quelques pistes sur eux!